Siel Bleu contribue au "Ségur de la Santé"

Diffusion

"Le Ségur de la santé est né d’une ambition : tirer collectivement les enseignements de l’épreuve traversée face au COVID-19 et faire le lien avec Ma santé 2022 pour bâtir les fondations d’un système de santé encore plus moderne, plus résilient, plus innovant, plus souple et plus à l’écoute de ses professionnels, des usagers et des territoires.
Lancé le 25 mai 2020, les travaux du Ségur de la Santé doivent aboutir à la mi-juillet à des solutions fortes qui intégreront notamment la revalorisation des rémunérations et des carrières."

Pour plus d'informations : https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/segur-de-la-sante-une-grande-concertation-avec-les-acteurs-du-systeme-de-sante/

 

Dans le cadre de cette concertation, le Groupe Associatif Siel Bleu a proposé la contribution suivante : 

"Le coronavirus a montré des limites déjà existantes sur l'accompagnement des personnes fragilisées et notamment les personnes âgées dans notre système.

 

La dissociation entre le soin curatif à l’hôpital et les mesures d’accompagnement des personnes de manière plus globale et dans leur vie quotidienne (lien ville/hôpital, prévention, médecine de ville, …) s’est révélée encore plus prégnante.

 

Un exemple frappant est celui des associations françaises comme Siel Bleu qui agissent auprès des publics fragilisés pour promouvoir la prévention primaire, secondaire et tertiaire. Relais des équipes médicales, elles accompagnent la santé des personnes sous toutes ses dimensions : physique, mentale et sociale. Paradoxalement, elles ne sont pas intégrées aujourd’hui dans le système de santé. Elles ont pourtant joué un rôle crucial pour rompre l’isolement social des malades, retraités, personnes âgées dépendantes durant le confinement. Ceci toujours en lien avec les soignants. Elles continuent d’agir pour éviter les ruptures sociales et situations de dépendance accrue. Ceci avec le corps médical et 650 professionnels formés, qui agissent au quotidien dans les établissements hospitaliers, médico-sociaux, les domiciles, … et qui ne sont pourtant pas considérés comme professionnels de santé.

 

Ce lien n’existe presque pas. Nous essayons de le construire de notre propre initiative, avec difficultés et peu de financements, que nous allons chercher nous-mêmes. Nous sommes intervenus par exemple dans 65 hôpitaux de France grâce à un appel à  projet de la Fondation « La France S’engage » mais comment conserver ce lien si les pouvoirs publics ne sont pas à nos côtés et si des financements spécifiques n’existent pas ?

 

Nos aspirations / priorités :

  • La reconnaissance de notre engagement et de nos actions bénéfiques pour la santé des populations
  • Une coopération plus automatique avec les acteurs du système de soins
  • Plus d’écoute et de prises en compte des suggestions et observations à tous les niveaux

 

Pour nous, les critères qui pourraient être mieux pris en compte dans le modèle de financement des soins seraient :

  1. La prévention
  2. « Les interventions objectivement bénéfiques sur la qualité de vie des personnes »
  3. L’accompagnement et la prise en charge globale du patient.

 

Pour améliorer le fonctionnement de notre système de santé, il faut créer de nouvelles formes de coopérations, de nouveaux dispositifs, de nouveaux métiers et de nouveaux financements permettant de travailler entre les associations de prévention et du médico-social avec les hôpitaux et les professionnels de santé de ville dont le rôle est primordial pour ces publics. Il faut réellement se saisir de cette logique de parcours où le statut de patient/malade n'est pas dissocié de la personne. Il faut que les hôpitaux et les professionnels de ville connaissent le tissu associatif de leur ville, département, pour pouvoir orienter le patient au-delà d’un traitement curatif et continuer à le suivre dans toutes les dimensions de sa santé et de sa vie avec la maladie.

 

Ce que nous demandons, c’est la reconnaissance par les pouvoirs publics de notre travail. Nous ne sommes pas fonctionnaires en tant qu'associations et pourtant nous agissons comme tel, au service de l'intérêt de chacun et notamment des plus fragiles. Le service public résonne dans notre fonctionnement.

 

Pour améliorer et renforcer les coopérations entre les professionnels de ville, l’hôpital et les établissements médico-sociaux, il faudrait que dès l'université et jusqu'à la fin de carrière, chaque « secteur », chaque professionnel ait conscience de son voisin. Il faut encourager et financer des rencontres, des échanges, des collaborations et des projets entre les services et les différents acteurs : développer une vue plus large que son simple champ d’action. Face à des enjeux multidimensionnels, ce travail collaboratif doit faire partie des objectifs de l’activité professionnelle. Car à cause de l’intensification des tâches, de la pression à l’acte et à la productivité, de la bureaucratisation du reporting, de l’évaluation et des comptes à rendre, chacun n’a tout simplement pas le temps et se replie sur son pré-carré et ses priorités immédiates." 

 

Contact plaidoyer : Coline Le Bolloc’h - 07 64 17 02 75

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.